La Caisse d’Épargne et le marketing approximatif

J’ai eu l’occasion d’écouter en entier plusieurs fois la belle chanson « We and I » du groupe français Captain Kid la semaine dernière, en attendant qu’un conseiller de la Caisse d’Épargne réponde à mon appel. Je n’avais jamais fait attention au texte, puisque dans les spots qui passent à la télé, le texte de la chanson est censuré (We walked for hours, In winter’s arms, [coupure] We’ll spend life together, Just We and I)  pour coller à l’image rassurante et « propre »  que la banque souhaite transmettre.

Communication ratée car, au fur et à mesure que l’attente durait, mon anxiété augmentait : voilà que deux personnes marchent dans le froid, et une des deux se casse la cheville (placement des produits d’assurance ?). Puis, quelqu’un envoie une photo de soi en pleurs (assurance vie ? Refus de prêt ?). Enfin, le chanteur admet être égoïste et jaloux (message subliminal sur la vraie nature des banquiers ?).

Je suppose que les génies du marketing ont choisi la chanson pour sa mélodie, qui est assez sereine. Mais ont-ils écouté le texte ? Il y a trois réponses, une moins flatteuse que l’autre pour les clients de la banque : 1) Ils l’ont écouté mais ont pensé que les Français sont des ignorants monolingues et n’auraient rien compris de toute façon, d’où l’idée de laisser la chanson en entier en musique de fond du service client. 2) Ils ont pensé que, même s’ils comprennent l’anglais, leurs clients ne sont pas assez intelligents pour faire le rapport entre langage et message (après tout, même les employés de l’agence de pub ne possèdent pas de telles capacités cognitives). 3) Ils sont au courant : la preuve, ils ont coupé la partie angoissante pour accompagner les pubs télé. Mais alors pourquoi choisir cette chanson, ou du moins pourquoi n’ont-ils pas demandé au groupe d’en faire une version différente, sans paroles par exemple, si ce n’est que la mélodie qui les intéressait ? Dans les trois cas, les clients (polyglottes ou pas) remercient pour le manque de respect et d’estime, et bravo pour l’hypocrisie.

We walked for hours,
In winter’s arms,
You broke your ankle
And felt with pride

You sent me a picture,
On which you cried
It’s hard not to answer,
I’ll give a try.

I’m selfish and jealous,
Is that a crime?
Selfish and jealous,
Pleasure is mine.

You’ll share all your secrets
And I’ll keep mine
We’ll spend life together,
Just We and I.

2 comments

  • Malice

    Très juste votre commentaire car j’ai ressenti exactement la même chose que vous surtout au moment où le chanteur dit :
    « You broke your ankle »
    Aille !
    J’ai aussi fait une grimace… Ouille !

  • eybe

    Tiens, je me suis fait exactement les mêmes réflexions en écoutant ce titre… Je pencherais pour une bonne dose cynisme de la part de l’équipe marketing…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *